lundi 18 janvier 2016

Technique de survie: le banc de parc




 
Technique de survie simple et extrêmement efficace, le banc de parc est le nom donné par André François Bourbeau (spécialiste Québécois en survie et auteur du livre Le surviethon 25 ans plus tard) à une sorte de sommier à lattes fait de branches souples.

Cette technique, je l’ai utilisée moult fois, avec un bon feu et une protection contre la pluie (couverture de survie, poncho, abri naturel ou végétal) on a très rapidement un confort très agréable.

Technique de survie vraiment adaptée lorsque le terrain est très humide, avec des blocs rocheux ou par temps de neige, le banc de parc remplacera l’absence d'un tapis de sol.


Sac à dos pour le haut du buste et la tête.


Bien sûr comme toujours la réalisation du banc de parc dépendra des ressources du milieu, il vous faudra pour cela une série de longues branches d’un diamètre gros comme l’index ou le pouce. La longueur correspondant plus ou moins à celle du futur dormeur. De deux ou trois supports, tels que de grosses pierres, buches, rondins ou encore variations de terrain…

Premièrement, après avoir choisi le lieu adéquat en optimisant la sécurité, le microclimat, la disponibilité des matériaux et la signalisation, disposez et calez les supports de telle sorte que les branches viennent par-dessus former une plateforme de niveau. Si vous utilisez 3 supports, disposez-les de telle sorte qu’ils couvrent les points d’appuis de votre bassin, de votre ceinture scapulaire et des pieds. Si vous n’en disposez que deux (pour gagner du temps, de l’énergie ou parce que les matériaux vous font défaut), disposez les au niveau des épaules et des hanches.


S'adapter aux matériaux, ici un fagot de branches est utilisé comme support.


Pierre et rondins comme supports.



La plateforme sera faite avec des branches sèches, idéalement mortes sur pied. Si le bois est un peu humide, on peut réaliser des fagots à sécher debout à côté du feu. Évitez tout bois vert, l’humidité qu’il dégagera sera inconfortable, et c’est justement pour cela que l’on réalise un banc de parc, fuir l’humidité du sol et l’effet de conduction du froid.

 
Les "lattes" en branchages.

On pourra optimiser le couchage avec des herbes bien sèches, là c’est un vrai luxe, ou encore des branchettes plus fines de sapin ou épicéa, celles qui sont mortes à la base des arbres, feuilles mortes, aiguilles de pin ou lichen, toujours bien secs.


Herbes sèches pour améliorer le confort.


Lors de l’utilisation, asseyiez-vous bien sur les points de support, et pour s’allonger, commencez par vous assoir au niveau du support des hanches, puis allongez-vous uniformément.