mardi 22 décembre 2015

Houx, y es-tu?

 

Houx - Ilex aquifolium - stages plantes sauvages comestibles
Jeune houx - Ilex aquifolium

 

Un arbuste répandu


Le houx (Ilex aquifolium) arbuste de la famille des aquifoliacées est courant sur tout le continent européen jusqu'à 1500m d'altitude environ. pouvant atteindre 4 à 6 mètres.
Son nom vient de sa ressemblance avec le chêne vert (Quercus ilex). Les deux espèces ont en effet le feuillage persistant. Le houx est en revanche nettement plus piquant! 

Feuilles Houx - Ilex aquifolium - stages plantes sauvages comestibles








Il est en effet facilement reconnaissable par ses feuilles alternes vertes sombres et luisantes, avec une marge ondulée et épineuse, pour les plus jeunes feuilles, mais elles tendent à perdre leur piquant avec l'âge. 












Feuilles Houx - Ilex aquifolium - stages plantes sauvages comestibles
Feuilles âgées, sans piquant!


Si on peut trouver des espèces monoïques, le houx est généralement dioïque, c'est à dire qu'il y a des individus mâles et des individus femelles. 
Les petites fleurs blanches à quatre pétales apparaissent en mai-juin. 




Fruits: attention danger!

 

Fruit Houx - Ilex aquifolium - stages plantes sauvages comestibles


Comme vous l'aurez compris, les fruits n'apparaissent que sur les individus femelles. Il s'agit de petites drupes d'un beau rouge, qui sont du plus bel effet en décoration. 
Attention toutefois à ne pas les déguster, car ils provoquent vomissements et diarrhée, et peuvent entrainer des troubles nerveux. Ils contiennent notamment des triterpènes.
L'ingestion de plus de 5 fruits peut être mortel pour un enfant (10 à 20 pour un adulte). Il faut donc prendre garde à ce que les enfants n'aient pas envie d'y goûter. 
Les principes actifs contenus dans le fruit sont utilisés en médecine traditionnelle pour traiter les rhumatismes, la goutte, les bronchites chroniques et la constipation. 



Un cousin du maté?


Un cousin du houx, le maté, (Ilex paraguariense) est plus couramment utilisé. 
Les feuilles du houx  peuvent également être utilisées comme succédané de thé en les infusant! Elles contiennent de la théobromine (comme le cacao!), un glucoside et de l'acide caféique. 

houx, stages, formation, weekend, plantes sauvages,  jura, ain, bourgogne
Haché et infusé 5 minutes ou en décoction pour plus de goût.


Symboliques du houx


Largement utilisé pour décorer les tables et la maison pour les fêtes de fin d'année, il faut savoir que le houx est notamment associé à la nativité dans la religion chrétienne. 
Il était utilisé dans les temps anciens comme plante protectrice et talisman dans le chamanisme. 

Couronne Houx - Ilex aquifolium - stages plantes sauvages comestibles
Couronne utilisant des feuilles de houx. Très bonnes fêtes de fin d'année!


stages, formation, weekend, plantes sauvages, immersions, survie, jura, ain, bourgogne



lundi 7 décembre 2015

Les bons p'tits livres pour Vivre en Nature du père NOËL



"Vous avez été sage cette année?"

Noël approchant à grands pas, voici une liste de bons livres que je vous recommande d'offrir au pied du sapin à celles et ceux qui adorent vivre en pleine nature et/ou se sensibilisent à la survie.

Alors, ça se bouscule au portillon, il y a, effectivement pléthore d'ouvrages sur les plantes sauvages, la pseudo-survie, bien à la mode où l'on vous ressert des livres sur la randonnée un peu plus orientée vie en pleine nature que survie, mais assez peu sur le bushcraft, en tout cas en langue française.

Sans être complet et exhaustif, on va essayer d'être original et de vous faire découvrir des classiques qui tiennent la route pour les nouveaux curieux, mais aussi des petites curiosités à ne pas manquer.


Tout d'abord, les récits: 



 

 

 

 

 

 








_ Le Pisteur (The Tracker) de Tom Brown. Aux éditions Flammarion.
Le seul livre de Tom Brown en français, un vrai petit bijou pour tous les amoureux d'aventure, de nature, d'humanité, le récit initiatique de Tom Brown, le fondateur de la Tracker school. J'adore.

_Le surviethon  vingt-cinq ans plus tard d'André-François Bourbeau.
Très bon livre, en deux parties, la première est le récit de deux hommes et d'un défi fou, celui de survivre sans rien (juste leurs vêtements) durant 31 jours perdus dans l’immensité du Québec. Très riche sur la survie à long terme en immersion totale. La deuxième partie est le retour sur 25 ans d’expérience après avoir fondé une école de survie suite à ces 31 jours. Excellent! Un must!


 Amis des plantes bonjour:

 


_Le petit traité rustica des plantes sauvages comestibles. Calenduline, Christophe Monplaisir et Laurent Stubbe chez Rustica éditions. Pour débuter dans la cuisine des plantes sauvages, très bien expliqué, avec des recettes originales, un guide par saison.

_Sauvages et comestibles. Marie-Claude Paume. Edisud, très bon ouvrage également pour débuter, simple, concis avec des recettes sympa.



Ouvrages intéressants en vie et survie:

J'aurais pu vous parler du livre Le Manuel de Survie de Collin Towell, aux éditions le courrier du livre, très bel ouvrage de référence, mais, voici quelques petits trésors qui ne sont pas souvent mis en avant:

_Randonnée sauvage de Sylvain Thomassin aux éditions Masson. Ouvrage plus tout jeune, mais avec une approche intéressante de la débrouillardise avec son lot de petites astuces que l'on ne trouve pas ailleurs!

_Le guide de vie et survie en forêt de Jean Marc Lord et André Pelletier aux éditions Broquet. Une référence qui étrangement ne se trouve que très rarement en librairie, certes les techniques de survie ont un peu évolué depuis, mais de très loin, de par son approche professionnelle et sérieuse ce livre est un must!

_Vivre et survivre dans la nature de Yves Coineau et Louis-Philippe Knoepffler aux éditions Dunod. Plus axé sur la vie en plein nature, c'est un bon ouvrage de départ, avec une bonne description des maladies et de la faune dangereuse (insectes, reptiles,...) en nature.







Petits bijoux en techniques primitives et bushcraft:


Le premier tome de Kim Pasche et Bernard Bertrand, Arts de vie sauvage gestes premiers (éditions du Terran) est un must en matière de vie sauvage, s'inspirant des techniques primitives comme support, Kim Pasche et Bernard Bertrand nous livrent ici une partie de leur savoirs faire et connaissances du terrain. Le feu par friction, la cordelette végétale, l'arc,... et bien d'autre chose encore sont abordées de façon très didactiques dans ce premier opus d'une série logiquement de 4.
Enfin, retrouvez notamment Kim Pasche avec Gens des bois pour des stages et formations à ce sujet.





Pour les amoureux des belles planches, je vous conseille ces ouvrages, en anglais qui sortent du lots de ce que l'on peut voir actuellement, de belles gravures et une belle copie de textes à la plume sur les techniques artisanales amérindiennes. Une vraie originalité dans le genre!




_The woodland indians. C.Keith Wilbur.

_The new england indians. C.Keith Wilbur.

_Indians Handcrafts. C.Keith Wilbur.





Les Falcons guide:


En anglais, mais du concentré de bonnes infos qui vont droit à l'essentiel. avec des dessins marquants et pleins d'humour, une vraie pédagogie efficace. Thèmes au choix, randonnée léger et ultra léger, ski et bivouac, glacier, escalade, hamac,....


C'est vraiment de la balle!


_Backpackin' Book: Traveling & Camping Skills for a Wilderness Environment! Allen O'Bannon et Mike Clelland.

_Lighten Up!: AComplet Handbook For Light and Ultralight Backpacking. Don Lodigan et Mike Clelland.

_ Backcountry Ski Book: Traveling & Camping Skills for a Winter Environment. Allen O'Bannon et Mike Clelland.

_ The Ultimate Hang: An Illustrated Guide To Hammock Camping. Hansen et Derek J.

_ Ultralight Backpackin' Tips: 153 Amazing & Inexpensive Tips for Extremely Lightweight Camping. Mike Clelland.

_...


Guides médicaux, incontournables!

Simples, didactiques et très riches ces deux guides sur les problèmes rencontrés liés à la santé sont de très bonnes bases en cas de pépins à la maison ou en voyage. Ils ne remplaceront pas un professionnel, mais pourront vous sensibiliser et vous aider grandement.





_Guide médical des espaces sauvages, d'Isabelle Philippe, aux éditions Olizane.

_260 fiches pratiques du sauveteur en mission, de Loïc Cadiou aux éditions ESTEM.



Ohé du bateau:


Enfin, pour les marins, les passionnés de voile, radeau et autres coquilles de noix qui aiment se faire bousculer au plus près de la nature dans toute sa puissance, là où l'on se sent tout petit au creux des vagues ou quand le regard ne voit qu'une masse d'eau déchainée pour horizon:





_Naufragé à la dérive de Luc Christophe Guillerm. Editions L'Harmattan.
_Survivre à la dérive de Bernard Robin aux éditions Chaix.
_Naufragé volontaire d'Alain Bombard aux éditions de Paris.
_A la dérive, 76 jours perdu en mer de Steven Callahan. Édition Robert Laffont.
_Sécurité Sauvetage survie en mer, du CEPSM. Édition Vagnon.


Allez, bonne fin d'année à tous, bonnes fêtes et bonnes lectures... au coin du feu.



vendredi 20 novembre 2015

Un petit fruit d'automne oublié: l'Epine-vinette ou Berbéris



épine vinette, berberis vulgaris, formation, weekend, plantes sauvages, immersions, survie, jura, ain, bourgogne
Epine-vinette - Berberis vulgaris couleurs automnales

La plante en quelques mots


L'épine-vinette ou berbéris (Berberis vulgaris) de la famille des Berbéridacées a longtemps fait partie de nos haies bocagères, tout comme l'aubépine, le fusain, l'églantier... Elle a été quasiment éradiquée au XIXème siècle car elle est un vecteur de la rouille noire, un champignon qui s'attaque aux cultures de céréales. Elle est encore bien présente dans le Nord et l'Est de la France, notamment dans le Jura.
Une espèce de la même famille le mahonia, est utilisée en ornementation, avec ses belles fleurs jaunes et ses fruits bleus sombres (également comestibles).


Reconnaître l'épine-vinette


Il s'agit d'un arbrisseau qui dépasse rarement les 4 - 5 mètres que l'on va retrouver plutôt sur des sols calcaires et bien drainés. Je les ai trouvés pour ma part en compagnie de fusains et viornes obier, dans des milieux assez humides. 

Détail épine trifide épine vinette - berberis vulgaris
Détail épines trifides de Berberis vulgaris





Une des caractéristiques de cet arbrisseau est les faisceaux d'épines, par trois (trifides), qu'il porte à l'aisselle des feuilles. 












Feuille berberis vulgaris, épine vinette identification
Détail feuille Berberis vulgaris couleurs d'automne
 


Les feuilles sont alternes, simples, ovales et ont la marge finement dentelée, mais pas piquante. Le revers de la feuille est glauque.
 


Epine vinette berberis vulgaris fruits
Grappes de fruits d'Epine-vinette - Berberis vulgaris









Les inflorescences sont jaunes d'or, en grappes, ce qui donne à l'automne de petits fruits ovales allongés, qui peuvent atteindre 1 centimètre de long pour 0,5cm de large. Les fruits persistent après la chute des feuilles.  










Des fruits comestibles ? 

 

Fruits épine vinette berberis vulgaris cuisine plantes sauvages
Fruits séchés sur pied, consommables tels quels


La plante est utilisée en médecine pour les problèmes urinaires, les troubles digestifs et articulaires. 
On pourra difficilement consommer les fruits tels quels car ils sont très acides. J'ai pourtant remarqué que s'ils ont séché sur pied, ils sont assez bons, et leur saveur rappelle celle de la canneberge séchée, mais ils ne sont pas du tout sucrés. Une bonne manière de profiter de la forte teneur en vitamines C de ces fruits. 




Il est à noter que la chair des fruits ne contient pas de berbérine, l'alcaloïde présent dans toute la plante, qui est peu toxique. Il est toutefois présent dans les noyaux du fruit que l'on ne consomme pas. 
Il est plus simple de faire chauffer les fruits dans un fond d'eau, jusqu'à légère ébullition, de les passer au mixer et ensuite les filtrer pour récupérer un jus très acide que l'on peut sucrer. 
A consommer dans de l'eau chaude ou dans des yaourts par exemple, ou encore en sirop. 


stages, formation, weekend, plantes sauvages, immersions, survie, jura, ain, bourgogne


vendredi 13 novembre 2015

Noeuds utiles en bushcraft et survie 2


 
Nœud coulant à partir d'une boucle de nœud de chaise.


Parlons cordelette :


Bien sûr, la « para-corde » (fausse para-corde) est la star des activités outdoor, bushcraft et pseudo survie !
Faite avec une gaine contenant plusieurs brins, on peut en trouver sur la toile à des prix battant toute concurrence, loin derrière les cordelettes de supermarché ou de magasin de bricolage (qui ne sont généralement pas très bon marché et souvent de de piètre qualité). 


Ces cordelettes étaient anciennement des suspentes de parachute, d’où leur nom. Actuellement ce n’est plus le cas, dû à l’effet de mode de certaines activités de plein air… suivez mon regard! Elles peuvent être désossées pour récupérer les fameux brins à l’intérieur de la gaine et multiplier la longueur suivant l’emploi que l’on en fait (recoudre, bricoler, faire un filet,….).


Personnellement, j’affectionne les cordelettes statiques que l'on trouve dans les magasins d’escalade ou encore au rayon nautisme (accastillage). De bonne qualité mais à un prix qui va avec.

Enfin, pour les activités de feu par friction avec archet, la para-corde fonctionne bien !

Et la fameuses ficelle sisal est, elle, très utile pour servir d’allume-feu. On peut en faire un nid, comme avec des herbes sèches, mais la sisal brûle plus vite et ne fait une bonne braise comme avec l'herbe sèche.


Bon à savoir : 

 _Une cordelette avec une gaine présentant une boursoufflure est un signe de lésions des brins à l’intérieur de la gaine.


_Dès le retour d’une sortie, si besoin, pensez à bien nettoyer et faire sécher vos cordelettes, comme le reste du matos d’ailleurs. Cela vous évitera de mauvaises surprises.
_Utilisez des cordelettes aux couleurs bien voyantes, vous les retrouverez plus facilement en pleine nature. Et une fois un abri en  place, vous risquerez moins de vous prendre dans les cordelettes.



Quelques nouveaux nœuds :

Nœud coulant à partir d'un nœud de chaise: Lors du premier article sur les nœuds, nous avions vu le fameux nœud de chaise, à partir de ce dernier, faites passer le dormant dans la boucle du nœud de chaise, et le tour est joué. Très pratique pour créer le premier point d'ancrage d'une faitière d'un abri.

Noeud coulant, noeud de chaise



Boucle nouée en "8": Restons dans les boucles avec ce nœud qui a l'avantage de se défaire très facilement, comme le nœud de chaise, même si on a exercé une forte traction dessus. Plus gourmand en cordelette, il garde par contre une meilleur résistance et a l'avantage de s'apprendre très rapidement et est généralement facile à retenir.


Boucle nouée en 8



Nœud de bosse: une fois une partie de votre cordelette fixée, pour monter une faitière par exemple, ce nœud va vous permettre de la fixer à l’autre extrémité et d'ajuster la tension. Très utilisé, notamment avec les sardines.

Noeud de bosse