jeudi 18 décembre 2014

Le sapin de Noël? Mais qui est-il vraiment?

Sapin ou épicéa telle est la question...


Epicéas - Picea obovata
Sapin blanc ou pectiné - Abies alba




















La période de Noël, est la bonne occasion pour faire mieux connaissance avec nos amis les conifères, tout du moins les deux genres sapin et épicéa, car la famille des Pinacées compte de nombreuses espèces. 
Si sapins et épicéas se ressemblent de loin, ils sont loin d'être semblables et n'ont pas les mêmes caractéristiques. Apprenons donc à mieux les connaître!

Bien les différencier


Bien souvent, et pendant longtemps, l'épicéa a eu la quasi exclusivité en tant qu'arbre de Noël. Actuellement, le sapin a plus la cote car il perd ses feuilles communément appelées aiguilles moins rapidement que l'épicéa qui se retrouve souvent nu la Noël venue.

L'épicéa 

Aiguilles pointues de l'épicéa commun - Picea obovata - Petite écaille bien visible

L'épicéa commun (Picea obovata) est présent à partir de 600m d'altitude selon les région et se retrouve dans toute l'Europe. Il se caractérise d'abord par son odeur qui est un peu piquante et citronnée, et par ses feuilles ou aiguilles qui sont en effet pointues et piquantes. Elle font de plus tout le tour des rameaux. Lorsque l'on arrache une aiguille, il reste une petite écaille accrochée à celle-ci.

Les sapins


Rameau de sapin blanc, aiguilles disposées en arrêtes de poisson

 Le genre des sapins (Abies sp.) compte de nombreuses espèces, la plus courante dans nos région étant le sapin blanc ou pectiné (Abies alba). Le sapin de Nordmann ou sapin du Caucase (Abies nordmanniana) a été introduit dans les plantation assez récemment car il offre un bon rendement et une bonne résistance aux aléas climatiques.  Vous pourrez le retrouver en France notamment dans les Vosges et dans l'Est. 

Sapin Nordmann, aiguilles sur le côté et le dessus du rameau





Ils ont une odeur moins prononcée et les aiguilles ne sont pas piquantes. Elles sont disposées sur tout le rameau, mais plus particulièrement de chaque côté comme des arrêtes de poisson, voire dessus pour les Nordmann.









Sur le dessous, elles ont deux petites lignes blanches caractéristiques, les stomates. A l’œil nu, on peu voir deux petite pointes à l'extrémité des aiguilles contrairement aux épicéas qui n'en ont qu'une (Voir cadre du haut photo ci-contre)
Les aiguilles laissent en tombant une petite marque ovale nette sur le rameau (Voir cadre du bas photo ci-contre).

Les aiguilles du Nordmann sont généralement plus longues que celles du sapin blanc, et leur extrémité semble tronquée.






Sapins alternatifs


Pourquoi ne pas créer son sapin en récupérant des matériaux lors d'une balade dans la nature? Une autre manière de concevoir l'arbre de Noël, qui ravie tout autant les enfants!


 






 Il peut s'agir de jolies branches mortes fixées en bouquet sur une buche percée...












  





... ou de belles branches de sapin récupérées après une coupe dans une forêt d'exploitation (ici fixées avec un pied de parasol).






















vendredi 5 décembre 2014

Kit feu de survie d'Unis Vers Nature

L’esprit Kaizen, c’est aussi ça:

Pour faire suite à l'article sur le Kaizen...

kit feu survie, stage durvie


Un kit feu de survie qui ne cesse d’évoluer. Mes premiers kit quand j’étais minot étaient une boite d’allumettes, un briquet et quelques bougies, le tout dans un sac plastique. J’ai fait un paquet de rando et de colo étant gamin avec ce système, et il m’arrive de revenir dessus… nostalgie ou nouveaux test après plusieurs années avec d’autres systèmes…

J’ai essayé plein de trucs: des copeaux paraffinés au trucs chimiques, en passant par les techniques de feu primitif, que j’affectionne tout particulièrement, et je n’ai pas encore fait le tour, et ça j’adore. 
Les techniques primitives sont pour moi le Graal de la maîtrise, quand on part de rien dans la nature et qu’au bout d’une heure ou deux, voire des fois bien plus, on obtient du feu, mais avec aussi des échecs. 
Les techniques primitives sont de beaux gestes, une sacré humilité et harmonie face à dame nature, enfin, c’est un devoir de mémoire pour nos ancêtres qui ont survécu afin que nous soyons ici, nous Hommes dits modernes.

Aujourd’hui, j’ai toujours un briquet dans un étui attaché à ma ceinture, par un bout de cordelette, le tout au fond d’une poche bien chaude et (quasi) toujours sèche de mon pantalon. L’ensemble est complété par un bon allume feu, totalement étanche et attaché lui aussi. 
Enfin, dans mon sac à dos ou dans ma veste, suivant la configuration du bonhomme, j’ai un kit feu avec de quoi allumer un feu de plusieurs manières. Globalement, quand il fait beau c’est la loupe que j’adore utiliser pour sa sobriété et son caractère durable, après c’est suivant l’envie du moment et ce que je trouve sur le terrain.

Indéniablement, le plus efficace (au niveau solidité, étanchéité, durée, utilisations en cas extrêmes…), si on a l’allume feu kivabien (en poche ou confectionné sur le terrain), c’est le firesteel.

Après, j’ai fait des tests avec un briquet (bic à molette), et ceux qui m'ont vu en stage ou sur les salons en immerger un dans un quart de l’armée rempli d’eau, pendant que j’explique mon blabla sur le feu peuvent en témoigner:  bien séché en quelques minutes, en le secouant et en soufflant dessus, tout en finissant mes explications sur le feu, il remarche.

Pour l’allume feu vraiment efficace, j’ai d’abord connu le coton vaseliné dans le livre de Jean-Marc Lord et André Pelletier « Le guide de vie et survie en forêt » , puis, petite révolution, l’œuf de nounours, où David Manise instructeur au CEETS a eu l’ingénieuse idée de renfermer le tout dans un œuf Kinder.
Enfin, après le stage N1 au CEETS, c’est ça aussi l’esprit Kaizen, toujours chercher, trouver, s’améliorer, se perfectionner…j’ai encore cogité, peaufiné mon kit.

Je vous le présente ici, avec un allumage en un peu plus de 5 secondes, juste le temps de le sortir d’une poche ou de l’enlever autour du coup et de gratter sur le firesteel. Avec une durée de flamme sur le prototype de plus de 7 minutes.
Je pense essayer un autre modèle de tube plus grand de quelque millimètre de diamètre et de plus de 2 cm sur la hauteur. On devrait atteindre chargé à bloc facilement les 10 à 12 minutes de combustion. 
Largement de quoi sortir son petit sac à feu avec un peu de bois sec, ou d’aller chercher une grosse poignée de brindilles et branchettes mortes sur pied.

kit feu survie fait maison
Prototype et un tube d'une taille au dessus


Tout est pensé pour que le système soit très rapide d’utilisation, extrêmement simple, et étanche à l’humidité et à la pluie.

L’amorçage se fait en 2 temps:
_tirer sur le cordon qui va libérer le combustible hors de sa boite de protection.
_gratter le firesteel pour allumer le feu.
Pour optimiser les gestes et ne pas s’emmêler les pinceaux dans le stress, le grattoir et la barre de ferrocérium sont attachés à l’opposé du collier de para-corde. Le tube de combustible lui, est  attaché vers la barre de ferrocérium pour que la main opposée (celle qui tient le grattoir) puisse venir tirer la cordelette et gratter juste après le ferrocérium.

Survival fire kit home made


Idéalement, il faudrait une amorce qui se déclenche comme sur une fusée de détresse, mais là c’est une autre histoire.

Comment le fabriquer :

matériel kit feu survie fait maison 
Premièrement, il vous faut :
_un tube de type aspirine
_du coton
_de la vaseline
_un combustible longue durée (allume barbecue, bois gras, copeau paraffiné…)
_un peu de cordelette.
_de la chambre à air ou des gros élastiques.
_un peu de silicone pour celles et ceux qui veulent vraiment bien étanchéifier le tout.



Le reste en image :

kit feu survie, stage survie Jura
Commencer par mettre au fond du tube la cordelette en "u" avec du coton vaseliné enroulé autour à sa base pour former une sorte de bouchon qui va pousser le reste  du combustible en dehors du tube lorsque l'on tirera le cordon.

Ensuite, garnir copieusement d'un combustible longue durée (cube allume barbecue, bois gras, copeau paraffiné,..) enrobé de coton vaseliné.



stage survie faire son kit feu maison
"C'est dans le tube!"

 On peut, en dehors d'une utilisation rapide d'urgence, piquer tranquillement un peu de combustible du tube grâce à la cordelette et son bouchon de coton au fond.

smatch box survival fire kit
ancien modèle avec système de tirette en sisal


Personnellement, j’utilisais ce système pour sortir mon initiateur, comme ici sur un ancien contenant.

Refermer le tout avec le bouchon en prenant soin de laisser dépasser de la cordelette, qui servira de tirette d'ouverture, et siliconer et ou ajouter un peu de chambre à air pour sécuriser le tout.

week end survie kit feu maison
Sur le prototype, la tirette est un peu courte!







ET SURTOUT !!!


N’oubliez pas quelques règles et surtout du bon sens concernant le feu et les risques d’incendie :

_Toujours faire  un feu proportionnel à ses besoins, pour cuisiner et se réchauffer un peu, un rayon de 20-30 cm suffit largement.

_Toujours avoir de quoi éteindre le feu proportionnellement à sa taille (sable, eau, terre, couverture ignifugée ou une couverture de coton ou de laine imbibée d’eau,…).

_Dégager le terrain des matériaux inflammables sur un bon rayon de 3 mètres (pour un petit feu).

_Ne jamais faire de feu là où c’est interdit, dans une zone qui de bon sens est dangereuse (zone aride, sèche,…) et suivant les arrêtés en cours. Si vous avez un doute, abstenez-vous.

_Proscrire les forêts de pins (et généralement de conifères) où le sol n’est qu’un tapis de plusieurs dizaines de centimètres d‘aiguilles en décomposition. En effet, la combustion peut se propager sous terre comme un encens notamment par les racines des conifères. Le même principe se retrouve dans les tourbières.

_Ne jamais faire de feu par grand vent.

_Ne jamais laisser un feu sans surveillance et bien s’assurer que le feu soit entièrement éteint, sans braises, avant votre départ.

_Penser à faire une table à feu.

_Demander l’autorisation au propriétaire.

_Toute l'année, le code forestier interdit de "porter ou d'allumer du feu à l'intérieur et jusqu'à 200 m des bois, forêts, plantations, landes et maquis". Ces dispositions s'appliquent également pour l'interdiction de fumer en forêt.

 Nous y reviendrons dans un prochain article.

Petite démo en vidéo:


video

Bon bricolage.



Logo Unis Vers Nature stage survie et plantes sauvages


jeudi 4 décembre 2014

Kaizen !




Kaizen est un terme que l’on utilisait en art martiaux, notamment quand je faisais du Iai dô (art de dégainer un sabre japonais).

On pourrait le traduire par s’améliorer continuellement.
Pas parce que les choses ne sont pas bien faites, elles sont ce qu’elles sont et il suffit de les accepter (cf. article à venir, sinon, un petit coup de Kaizen dans sa manière de voir les choses, d’ouvrir son regard !).
Mais parce que c’est un moyen de travailler sur soi, la perfection n’a rien à voir la dedans, les choses sont parfaites quelles qu’elles soient.

Bref, on a gardé cet esprit dans nos articles comme dans nos ateliers et nos stages, qui sont en perpétuel mouvement, pour être au plus juste.

Par exemple, lors des stages de survie on apprend quelques nœuds essentiels, je donne pour aider des petites fiches récapitulatives, avec dessus dessins et explications sommaires, cela évite aux stagiaires d’oublier, de perdre du temps dans des dessins hasardeux ou des photos floues (si ils ont un appareil).
Bref, actuellement, je reprends tout cela pour améliorer les dessins, les explications, je numérise tout et retravaille le tout au logiciel. Quand je pense que les premiers stagiaires n’avaient rien, et là aussi, les nœuds ont bien évolué.


Les critiques sont toujours les bienvenues.
De temps en temps, nous ajoutons une photo ou modifions un texte. Alors, n’hésitez pas à relire ceux qui vous ont plu aussi! ;o)

Pour aller plus loin : définition d’après Wikipédia


L’esprit Kaizen, c’est par exemple ça : Article sur le kit feu

Système d'allumage d'un feu performant et étanche: en 5 secondes environ, avec une durée des flammes de plus de 7 minutes (attention! Prototype non chargé à bloc!).

video









stage survie bushcraft plante sauvage cueillette plante comestible stages nature cuisine cuisiner confectionner préparer atelier technique survie kit survie stage forêt techniques primitives animation nature randonnée  bivouac école enseignement cours artisan abris eau  animation feu vie et survie faune flore fleure cosmétique bio bien être teinture végétale préparation végétale botanique connaître apprendre cuillère en bois kuksa savon fait maison Jura Franche compté Rhône Alpes univers nature unis vers nature universnature stage survie cuisine sauvage comestible plantes