samedi 20 septembre 2014

La prunelle, une olive indigène?



Prunellier - Prunus spinosa - et ses prunelles avec et sans pruine

 

Un petit fruit très répandu

La prunelle? Ce petit fruit âpre et acidulé que l'on croque avec une grimace? Oui oui! Il s'agit bien de cette drupe bleue souvent recouverte de pruine qui la fait paraître presque grise. 

La prunelle est le fruit du prunellier, souvent appelé épine noire, de son nom latin Prunus spinosa (prunus épineux). Il fait en effet parti de ce genre très répandu des Prunus de la grande famille des Rosacées. 


Ce genre Prunus sp. regroupe bon nombre de nos fruits couramment consommés, comme les cerises, les pêches, les abricots, les amandes, les prunes bien sûr... 

Toutefois, le prunellier est l'une des seules espèces indigènes du genre Prunus chez nous. La plupart des fruits que nous consommons actuellement ont en effet pour origine l'Asie. 


Bien identifier le prunellier

Cet arbuste des haies ne dépasse généralement pas 2-3 mètres de haut. Il est très résistant et est très apprécié comme barrière végétale naturelle. En effet ses rameaux sont parsemés d'épines plus ou moins acérées et qui sont quasi perpendiculaires au rameau (divariquées).


Détail épines du prunellier - Prunus spinosa

Les feuilles sont ovales à oblongues, ne dépassant pas 2 cm, glabres à maturité et finement dentées. 

Détail feuille prunellier - Prunus spinosa

Les fleurs, comme toutes celles de la famille des Rosacées ont 5 pétales, elles sont blanches et sont l'une des premières fleurs à s'épanouir au printemps avec un parfum agréable. Si vous les croquez, vous reconnaîtrez le parfum caractéristique d'amande amère. Elles sont très agréables dans les desserts. 


Les fruits, comme nous l'avons évoqué plus haut sont des drupes bleues foncées, très appréciées des oiseaux que l'on consomme généralement après les gelées car elles perdent alors leur âpreté et  astringence.
Les prunelles sont utilisées pour fabriquer des liqueurs, des chutneys et autres coulis. 

Détails prunelles avec leur pruine


Préparer les prunelles en saumure


Pour préparer nos olives indigènes, il faut cueillir les prunelles avant les gelées quand elles sont encore fermes. C'est une bonne manière d'égayer les promenades d'automne!

Bien laver les prunelles, et les disposer dans des pots que vous remplirez aux 2/3. 

Pour préparer la saumure, il vous faudra du sel et de l'eau! Dans Cuisine sauvage de François Couplan, celui-ci préconise d'utiliser 1 volume de sel pour 3 volumes d'eau, cette proportion peut toutefois être réduite. J'utilise pour ma part plutôt 1 volume de sel pour 6 volumes d'eau. Après, votre expérience vous laissera décider de la proportion de sel à utiliser.
Une fois votre saumure prête, versez-la dans les pots. Vous pouvez y adjoindre des herbes aromatiques. 

L'important dans une saumure, c'est que les fruits ne remontent pas à la surface pour être en contact avec l'oxygène. Il en résulterait  un pourrissement et votre conserve serait impropre à la consommation. 


Pour éviter ce désagrément, vous pouvez utiliser un tissu dans lequel vous mettrez des pierres (que vous aurez préalablement lavées et fait bouillir) qui viendront maintenir les prunelles dans la saumure, et éviteront à celles-ci de remonter à la surface. 


Pierres stérilisées et tissu pour la conserve


Pierres placées sur les prunelles dans la saumure pour éviter le contact avec l'air


Une fois cela fait, il ne vous reste plus qu'à attendre quelques semaines. Il se peut qu'un peu de jus remonte à la surface les premiers jours, c'est tout à fait normal. 


Pot en macération salée avec ajout d'aromatiques, ici, origan vulgaire et thym


Au bout de 3 semaines environ, les prunelles prennent une belle couleur rosée, et leur goût ressemble à s'y méprendre à celui des olives! Une bonne manière d'égayer vos apéritifs et d'épater les amis!

Des moisissures peuvent se former sur certaines prunelles, il vous suffira de les enlever, mais cela n'altère pas votre conserve. 

Si votre conserve est ratée, vous le sentirez tout de suite, car l'odeur est très forte. A ce moment là, il ne faut bien sûr pas consommer les prunelles. 


stage weekend cuisine plantes sauvages comestibles jura

samedi 13 septembre 2014

Dragonne et sécurité avec un couteau Mora


En haut le modèle Mora "robuste", lame carbone épaisse de 3,4mm.
En bas, un modèle de chez Bahco sous-traitant Mora.
Identique au modèle "companion", avec une épaisseur de 2mm au lieu de 2,5mm.


Le couteau Mora, un condensé de rapport qualité prix imbattable. Compagnon fidèle des sorties nature, sa réputation n’est plus à faire.
Suite au conseil d’Alban Cambe pour le site Tacticraft, je rebondis sur l’un des articles, celui-ci.
Je vous propose ici un condensé de ma méthode pour sécuriser un couteau Mora
Ainsi que quelques rappels sur les règles de sécurité et l’utilisation d’une dragonne.


Mais, pourquoi est-il si réputé ? Quelles sont les qualités d'un bon couteau outdoor !

_Une lame fixe, qui ne se replie pas sur vos doigts
_Une soie (partie de la lame qui rentre dans le manche) qui s’insère profondément dans le manche et qui lui est bien solidaire.
_Un manche ergonomique avec caoutchouc bien agrippant, toujours par souci de sécurité, qui évite tout dérapage, même les mains mouillées.
_Une petite garde pour éviter aux doigts de glisser sur la lame.
_Un fourreau très bien pensé, qui ne s’abime pas avec l’humidité, la lame y est très bien rangée, et un trou d’évacuation d’eau limite toute oxydation.
_Suivant les modèles, la lame peut être plus ou moins épaisse et inoxydable ou en acier carbone.
_Une lame très bien aiguisée.


Les règles de sécurité :


 Phrase mémo:
Conscience, distance, jamais vers soi, toujours rangé !

Pour approfondir:

_Toujours travailler en étant reposé physiquement et mentalement.
_Travailler l’esprit calme, reposé.
_Bien aiguiser et entretenir lame, manche et fourreau. S’assurer de l’état du couteau avant toute utilisation.
_Utiliser gants et protections appropriées.
_Toujours garder une distance de sécurité autour de soi (distance d’allonge).
_Être en permanence conscient de ce qui nous entoure, notamment prévoir les actions des enfants et animaux domestiques.

_Ranger son couteau dés que l'on a fini, on se déplace toujours avec une lame rangée.
_Anticiper l’action, le trajet de la lame. Jamais en direction de quelqu’un d’autre et de soi-même.

_Si vous ne vous sentez pas bien placé, que vous ne sentez pas le mouvement, le geste à faire, ne le faites pas, modifiez votre posture.
_Être stable et bien tenir l'objet à tailler.
_Utiliser le couteau comme il se doit, avec les bon gestes adaptés (article à venir).
_Travailler sans forcer.
_Stocker votre couteau dans un endroit sécurisé (hors de portée des enfants notamment).

_Aillez l'habitude d'avoir une trousse de secours appropriée à disposition.

Utilisation de la dragonne et sécurité:

Voici ma méthode pour sécuriser un couteau Mora dans son étui, ainsi que deux manières d’utiliser la dragonne lors du travail de coupe.


Couteau solidaire du fourreau par sa dragonne
 

  J'ai effectué un trou dans le pommeau où une para corde passe en boucle.
Ainsi cette dragonne vient s'enrouler sur le clip du fourreau pour solidariser l'ensemble.
Pour défaire la dragonne et libérer le couteau, le tout en image:



Ensuite, voici l'utilisation de la dragonne pour éviter de perdre le couteau comme le conseille André-François Bourbeau pour tous ses outils.




Enfin, une variante de l'utilisation de la dragonne, cette méthode sécurise les doigts et permet un très bon maintien du couteau.



Enfin, pour ce type de couteau et de fourreau, le must est bien de se fabriquer un étui en kydex ou pvc ;o)

Bonnes sorties nature!



mercredi 3 septembre 2014

Foire Herbes en Fête, le 7 septembre 2014 au Frasnois (39)



Unis Vers Nature sera présent à la foire Herbes en Fête le 7 septembre prochain!

Voici des photos prises lors de la manifestation!

Emilie, lors de l'atelier cuisine sauvage

Le stand d'Unis Vers Nature!


En plus des exposants dont nous serons qui sont des producteurs de plantes aromatiques et des professionnels des plantes, de nombreuses animations sont prévues. Elles fonctionnent sur réservation en contactant l'Herberie jurassienne.

Jean-Marie Pelt fait le déplacement pour une conférence sur "L'homme et les plantes" à 15h

Emilie animera l'atelier cuisine avec les plantes sauvages de 11h à 12h et 
Nicolas animera l'atelier poly-sensoriel "Les plantes, les sens et nous" de 10h30 à 12h

La journée promet d'être riche et belle, n'hésitez pas à nous rendre visite sur notre stand!

Voici le programme de la journée: