mercredi 25 septembre 2013

La tomate sauvage de nos campagnes - La Morelle Noire



Pied de morelle noire - Solanum nigrum






La tomate sauvage de nos campagnes

La morelle noire (solanum nigrum), si elle est moins connue que l’une de ses cousines, est pourtant apparue bien avant elle sur notre territoire. Sa cousine la tomate, qui a d’abord été cultivée comme plante ornementale dès le XVIème siècle, n’a été consommée qu’à partir du début du XVIIème siècle.

La famille de la morelle noire, les Solanacées, est très largement utilisée dans notre cuisine actuelle. En effet, outre la tomate, la pomme de terre, l'aubergine ou les physalis font également partie de cette famille. Les solanacées cultivées sont toutefois apparues récemment dans notre alimentation et ont toutes pour provenance l’Amérique du Sud.

Les solanacées de nos campagnes n’ont pas très bonne presse car elles sont toxiques, et plutôt utilisées en pharmacie, par exemple en homéopathie. Vous connaissez certainement, au moins de nom, la belladone (Atropa belladona)  avec ses fruits noirs luisants, ou le datura (datura stramonium) très largement utilisé en ornemental pour ses belles fleurs en cornets, ou enfin la jusquiame (Hyoscyamus niger) noire avec ses fleurs particulières blanc grisâtre.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a fait que la tomate a longtemps été boudée, car on craignait sa toxicité, pas complètement à tort d’ailleurs. 



Fruit de belladone - Atropa belladona


Datura - Datura stramonium


Toxicité des fruits et racines vertes

Toutes les plantes de la famille des solanacées contiennent des alcaloïdes stéroïdiens neurotoxiques. Ces alcaloïdes sont répandus dans toute la plante, mais surtout dans les fruits.
En ce qui concerne les tomates, les physalis et les pommes de terre, ils contiennent également un alcaloïde neurotoxique dans leur feuillage, mais également dans les fruits et les racines lorsque ceux-ci sont verts. Vous avez certainement entendu dire qu’il ne faut pas manger une pomme de terre lorsqu’elle est verte, et c’est à raison, car les pommes de terre vertes contiennent de la solanine.
Il en va de même pour les tomates, les physalis et les fruits de la morelle noire verts. Il vaut donc mieux éviter d’en consommer, même cuits car la cuisson n’a aucun effet sur la solanine.
Rassurez-vous, il faudrait consommer de très grandes quantités de tomates vertes ou de pommes de terre vertes pour ressentir des effets indésirables qui se résumeraient à des troubles intestinaux.
Que faire alors de la fameuse confiture de tomate verte ? Continuer à la déguster bien sûr ! Mais en ayant conscience que plusieurs cuillères au petit déjeuner, ça va, mais un pot entier, ce n’est pas raisonnable !

Comment reconnaître la morelle noire et la déguster

Cette annuelle a tendance à pousser dans les endroits incultes ou dans le fond de votre jardin.  Elle aime les endroits ensoleillés mais aussi semi ombragés. A maturité, elle mesure jusqu’à 60 centimètres.
Ses feuilles ressemblent à celles d’un pied de tomate ou d’un plan de pommes de terre. Elles sont vert sombre et peuvent avoir des formes variables, généralement ovales à allongées avec de petits lobes. Elles sont douces au toucher. 

Détail feuilles




Les tiges sont également vert sombres et poilues.
Les fleurs sont petites – moins d’un centimètre-, blanches en forme d’étoile avec des étamines jaune vif. Elles sont semblables à celles de la tomate. Les fleurs forment une petite grappe de 5 ou 6 fleurs à la fin du mois d’août ou au début de septembre. 

Détail fleurs




Les fruits sont de petites boules vertes puis noires à maturité et contiennent de nombreux petits grains. 

Baies vertes de morelle noire



Baies mûres de morelle noire















Comme expliqué plus haut, vous ne pourrez consommer les baies de morelle noire qu’à maturité, lorsqu’elles sont bien noires généralement à la fin du mois de septembre.
La saveur est agréable, douce, sucrée. Elle sera plus consommée cuite, par exemple sous forme de coulis.
Des baies de morelle noire sur une tarte aux pommes seront du plus bel effet et rehausseront le goût de votre tarte aux pommes. 



Tartelette aux pommes et morelle noire

Une autre cousine pas si douce – La douce-amère



Fruits mûrs de douce-amère

Fleurs de douce-amère - Solanum dulcamara


La douce-amère (Solanum dulcamara) est une proche cousine de la morelle noire, même si elles ne se ressemblent pas vraiment.
En effet, la douce-amère a des fleurs certes semblables à celles de la morelle, mais pas de la même couleur. Elles sont d’un joli violet.
Les fruits de la douce-amère sont rouges et ovales.
Difficile de s’y tromper donc, mais mieux vaut s’abstenir de la consommer, car elle contient les mêmes substances neurotoxiques que ses cousines et une ingestion pourrait provoquer des troubles graves voire mortels.
Photos de Belladone, Douce-amère en fleurs et baies mûres de Morelle noire prises par Genévrier que je remercie. 




mercredi 11 septembre 2013

Le briquet acier silex, flint steel striker



bushcraft, briquet acier silex collection,

Collection de briquets acier silex avec leurs silex


 

Le briquet acier silex, 3000 ans d’histoire.




Ancien briquet acier silex japonais de type chuck muck
avec étui en cuir pour l'amadou et le silex.
Après le feu par friction et la marcassite, l’humanité passe à l’âge de cuivre puis l’âge de bronze pour arriver vers 700 ans av JC à l’âge de fer (pour le nord de l’Europe, bien plus tôt 1100 ans av JC pour le pourtour de la méditerranée).

Le briquet acier silex a une longue histoire, puisqu’il est utilisé depuis presque trois millénaires, il est né à l’âge de fer et allume encore des feux de par le monde, comme au Mali ou dans certaines régions de l’Himalaya notamment.


 


Ancien briquet acier silex
du 18ème siècle, Inde.
En France c’est dans les Pyrénées qu’il finit son histoire avec quelques bergers qui s’en serviront pour embraser leur amadou vers le début du XXème siècle.
Dans l’histoire, il prendra diverses formes, en commençant par une simple lame d’acier recourbée, un simple clou fer forgé pour les soldats romains en campagne ou encore de vrais œuvres d’art comme des briquets acier silex équipés d’une lame de couteau, de cure pipe, de petite pochette en cuir à amadou jusqu’à des mécanismes de percussion vers le XVIème siècle.
Aujourd’hui, bon nombre de passionné d’histoire utilise ce type d’objet, pour faire des reconstitutions notamment les premiers colons américains, d’où le nom et la forme de certain briquet acier silex que l’on peut trouver dans le commerce comme « Hudson Bay ».
Mais le mouvement « Bushcraft » (artisan de la nature) qui nous vient des pays anglo-saxon fait de plus en plus d’adeptes qui sont eux aussi féru de ce mode de production du feu.

 

Comment ça marche ?



marcassite, feu silex,
Nodule de marcassite rouillée.
feu avec marcassite, bushcraft
Nodule de marcassite fonctionnel


Simplement en produisant une étincelle, comme la marcassite, qui n’est autre qu’un nodule de fer chargé en souffre, l’acier fer forgé est une pièce de fer chargée, elle, en carbone.

Le silex, dans les deux cas, vient percuter le morceau de fer, étant plus dur que l'acier, un petit copeau de fer est arraché par le silex, cette arrachement créer une étincelle. Le souffre, pour la marcassite ou le carbone pour l’acier fer forgé vient alimenter en carburant l’étincelle. Ainsi, la chaleur produite par cette étincelle durera suffisamment longtemps pour embraser un morceau d’amadou ou de coton carbonisé. C’est ce que l’on appelle une étincelle chaude.
Une fois la braise formé, il ne reste plus qu’à la nourrir pour qu’elle devienne suffisamment importante afin de faire monter en température des herbes sèches ou des copeaux de bois par exemple. Ainsi, ils passeront de l’état solide à l’état gazeux et la combustion avec production de flamme aura lieu.

 
Marcassite en train de se désagréger à cause de l'humidité

Depuis l’époque romaine, les allumettes soufrées était employé pour rendre l’opération plus rapide (technique supposée, confirmée vers 500 ap JC par des parchemins retrouvés en Chine). Il suffisait de mettre en contact le bouton soufré de l’allumette avec la braise, pour produire une flamme. Il était ainsi plus aisé à allumer les bougies, les lampes etc…
Généralement, on utilisait le briquet acier silex qu’en dernier recours ou lors de situation isolé. En effet il était préférable d’entretenir le foyer ou, le cas dans lequel il serait éteint, on avait qu’à simplement demander un tison chez la voisine, comme le dit la chanson dans le deuxième couplet d'Au clair de la lune !


kit feu survie, couteau carbone, couteau cou survie
Briquet acier silex moderne, type couteau de cou.

Découvrez nos ateliers et animations sur le feu.

Sources des informations: _La grande histoire du feu de B.ROUSSEL et P.BOUTIE.
_Cyril CALVET préhistorien.