dimanche 2 juin 2013

Plantes de Corse



Une île étonnante



Vue des callanques Corse du sud



Côte escarpée de granit rose


Je suis revenue il y a peu d'un petit séjour en Corse, et bien que comme partout le temps n'était pas très fameux, j'y ai découvert beaucoup de merveilles.

Une des particularités de la Corse (outre le fait que c'est une île!) est de pouvoir trouver des plantes très diverses en faisant peu de chemin. Il suffit de changer de versant ou de monter un peu en altitude, ou bien tout simplement de s'approcher du bord de mer pour trouver des plantes très différentes.

En effet, j'y ai découvert des plantes typiquement méditérannéennes, d'autres que l'on peut trouver au bords de tous nos rivages, d'autres enfin que vous pourriez trouver en basse et même en haute montagne.
Une autre caractéristique est que la plupart des végétaux corses ont le feuillage persistant, ceci est assez surprenant car le feuillage ou l’absence de feuillage est souvent un marqueur de saison. J’ai par exemple été surprise de voir des châtaigniers sans feuilles (que j’ai crus morts), car tout était vert autour d’eux, et les bourgeons des châtaigniers n’avaient tout simplement pas débourré !

Plantes typiques corses


Le pin Larissio (Pinus nigra spp. Larissio)



Détail écorce pin larissio (Pinus nigra spp. larissio)




Pinède de pins larissio (Pinus nigra spp. larissio)

Ce pin ressemble beaucoup au pin noir, c’est est une sous espèce. Il diffère du pin noir par son écorce sur les grands sujets qui fait comme des écailles.
Ces feuilles ne mesurent pas plus de 12 cm et ses cônes, pas plus de 10 cm.
D’autres espèces de pin plus communes sont également présentes, comme le pin d’Alep (Pinus halepensis) qui a été naturalisé, pin maritime (pinus maritimum spp. Hamiltonii) ou le pin parasol (pinus pinea).

Le myrte (Myrtus communis)

 


Rameau de jeune myrte (Myrtus communis)
- Photo L. Stubbe

L’alcool de myrte est un traditionnel de la Corse. On peut toutefois utiliser cette plante au feuillage persistant de nombreuses manières. Ses feuilles sont opposées, ovales, brillantes, comme vernies. Les fleurs blanches à 5 pétales apparaissent de juin à octobre. Son odeur au froissement des feuilles est agréable et fait penser à de l’encens.
Son bois sec fait d’ailleurs un très bon encens
Ce sont les fruits qui sont utilisés pour faire l’alcool de myrte.
Les feuilles font toutefois une très bonne infusion et peuvent aromatiser des plats dont nous aurons un exemple plus bas
Le myrte a des vertues toniques, astreingentes et antiseptiques.

Le pistachier lentisque (Pistacia lentiscus)

 


Rameau de pistachier lentisque fleuri (Pistacia lentiscus)

Il est très reconnaissable avec ses feuilles opposées et composées avec des folioles ovales et paripennées (nombre pair de folioles sur une feuille). Les feuilles sont d’un vert foncé intense, elles sont persistantes et dégagent au froissement une odeur forte mais agréable.
Son huile essentielle a d’ailleurs des propriétés décongestionnantes et antispasmodiques.
On tire du pistachier lentisque un mastic que les anciens utilisaient pour faire du chewing gum.
Ses petits fruits rouges, puis noirs sont comestibles, bien qu’il faille être patient.

L'arbousier (Arbutus unedo)

 


Arbousier avec petits fruits verts (Arbutus unedo)

Fruit mature en automne visible en même temps que les fleurs


Fleurs arbousier

L’arbousier est l’un des rares arbres sur lequel on peut trouver en même temps, les fleurs (blanc verdâtre), et les fruits mûrs. Au printemps, point de fleurs, mais on peut voir les fruits verts en grappe.
Ses feuilles sont alternes finement dentées vertes foncées et luisantes au-dessus et vertes pales en-dessous.
Les fruits se consomment en automne. A maturité, il sont rouges orangés et sont bourrés de vitamine C. Les graines sont indigestes et provoques de petits soucis intestinaux en cas de trop grande ingestion. Pour éviter les problèmes, il faudrait ne manger que la pulpe et recracher les graines.
Sinon, vous pouvez en préparer de bons jus en les passant au moulin, ce qui éliminera les graines tout en conservant la vitamine C.

La bruyère arborescente (Erica arborea)

 


Détail rameau fleuri de bruyère arborescente
(Erica arborea)- Photo L. Stubbe

Imaginez une bruyère blanche qui pousserait pour atteindre la taille d’un arbre. Eh bien, c’est le cas de cette belle demoiselle, la bruyère arborescente avec ses petites fleurs blanches délicates semblables à des clochettes.
Les anciens l’utilisaient pour fabriquer des balais.
Elle donne une jolie touche florale parmi les feuillages verts foncés persistants du printemps.

 

Dessert corse à réaliser: Le fiadone

Lors de mon séjour, nous avons cuisiné les plantes trouvées sur l’île dans diverses recettes, et j’ai pu faire la connaissance avec un dessert typiquement corse, le fiadone.
C’est un dessert frais et savoureux fait à partir de bruccio ou brousse de brebis ou de chèvre.
Le bruccio est aromatisé avec diverses saveurs dont le myrte. Mais on peut en trouver au citron ou à l’anis par exemple. Nous l’avions aromatisé au mélilot avec sa saveur vanillée de coumarine.

Ingrédients :
500g de bruccio ou de brousse
5 œufs
Sucre selon les goûts
Poudre de mélilot (voir à ce sujet l'article sur le Mélilot) ou autre arôme (anis, myrte, zests de citron…)
Pâte brisée très fine

Ecraser le bruccio dans un saladier à l’aide d’une fourchette, ajouter l’arôme et mélanger.
Dans un saladier à part, fouetter les œufs avec le sucre pour obtenir un mélange mousseux
Ajouter le bruccio à la préparation et mélanger pour obtenir une pâte onctueuse et bien homogène.
Etaler la pâte, et verser la préparation dessus.
Enfourner à four chaud (thermostat 7 – 180°C) et laisser cuire environ 30 minutes, jusqu’à ce que le fiadone soit bien doré.
Servir froid.