mercredi 19 juin 2013

Le Poncho en survie!


Poncho shelter abris, survie nature forêt
Poncho monté en abris semi ouvert.



Simple bâche plastique de récupération, produit high tech aluminé issu des "inventions spatiales"? ou encore poncho en sil nylon, le poncho, surface étanche polyvalente est l’un des objets bien pratique pour toute activité nature.

Des origines de l’homme à nos jours :

Les premiers « ponchos » si on peut les appeler ainsi on sûrement été de simples peaux de bête utilisées aussi bien comme couvertures, bâches improvisées, tapis de sol, récipients, etc…
Depuis la préhistoire les capes, nattes ou couvertures végétales tressées ont elles aussi été largement utilisées comme celle retrouvé sur Ötzi "l'homme des glaces" vieille de 5300 ans.


Début XXème siècle, paysans japonais vêtus de leurs "mino", cape végétale.

Suivant les ressources du milieu, elles seront confectionnées avec les fibres du liber de saule ou de tilleul, ou encore en paille, paille de riz, feuille de palme, etc...
On la retrouve un peu partout de par le monde aussi bien au Japon jusqu'au début du XXème siècle, en paille de riz généralement, ou encore par les bergers Portugais dans leurs vêtements traditionnels.
Mais encore aux Philippines, en Amérique du sud et en Asie globalement.
Dès l'Antiquité,  Grecs et Romains confectionnaient des capes de laines à la trame serrée contre les intempéries.
Et au XIIIème siècle en Amazonie les indiens utilisaient la sève de caoutchouc pour imperméabiliser leurs vêtement.
Enfin, les toiles enduites telles que les capes de coton huilé utilisé notamment par les bergers pyrénéens ou les toiles des premiers cirés marin enduite d'huile de lin ont été largement éprouvé et sont de très bonnes surfaces étanches.
Elles permettaient d’être relativement protégé des intempéries, vent, pluie, neige, et de garder un peu de chaleur corporelle.
Enfin en 1823 fut inventé, par un écossais, un tissu imperméable composé de deux pièces collées par un vernis à base de dissolvant et de caoutchouc.
De nos jours, les matières synthétiques ont quasiment tout remplacé. Des tissus caoutchoutés au fameux sil nylon (nylon siliconé) en passant par les membranes respirantes comme le gore tex, chacun ont leurs avantages et inconvénients. Seules les cotons longues fibres appelés coton de Grenfell tel que le ventile sont encore naturels et imperméables.
Il existe aussi des toiles de coton enduites ou dont les fibres sont « gainées » de silicone, comme le coton epic.

Son utilité :

Là encore la limite sera donnée par le matériau et par notre imagination. Mais avant d’en épuiser les ressources, la bâche ou poncho nous aurons rendu un nombre incalculable de services.
Avant tout c’est une toile imperméable, mais attention, qui n’est pas toujours respirant, ce qui a pour effet dans ce dernier cas de retenir la transpiration contre nous, et de finir par nous mouiller de l'intérieur, mais nous mouiller chaud, dés le moment l'on ferme toutes les écoutilles. Donc elle permet de dévier ou contenir un liquide, je dirais même un fluide, car cela fait souvent aussi un fort coupe-vent.
Sa fonction première est donc de se protéger des précipitations et du vent, en imperméable sur soi, ou en abri, lorsqu’il est monté dans cette fonction. Ainsi protégé, on évite de perdre nos précieuses calories, indispensables au bond fonctionnement de notre premier outil, notre corps! La position de survie fait des merveilles pour ça.

stagiaires stage survie UnisVersNature, poncho
2 Stagiaires heureux d'être sous la pluie!


Mais toute bâche ou tarp pourra servir à transporter feuilles mortes, branchages en grande quantité, herbes sèches...
On peut la plier correctement et avec ou sans bâton, réaliser un brancard, voir un lit, une mini tente canadienne. Et suivant les matériaux du terrain de jeu, y incorporer un tapis de sol.
On pourra encore l'utiliser comme récupérateur d'eau (attention tout de même à son revêtement qui peut "polluer" l'eau ), découper des lanières dans la matière pour servir de "cordelette", utile à la réalisation d'un abri, réparer du matériel, confectionner un sac à dos... Refermée autour de soi (à la taille) et garnie de feuilles mortes sèches, on aura un anorak relativement chaud. Certains en font même un radeau!


Quelques différents modèles avec leurs spécificités:

Poncho BW : le poncho de l'armée allemande est réputé indestructible, sa robustesse est proportionnelle à son poids (autour des 900g).

Poncho de l'armée hollandaise: mon préféré! Relativement léger (environ 600g) et costaud (en nylon). Pour l'avoir trainé partout dans plein de conditions différentes (abri dans tous les sens, neige, gèle, brancard,...), en le réimperméabilisant au silicone et en en prenant soin il a toujours bien tenu la route.

Poncho de l'armée hollandaise monté pour renforcé un abris naturel.


Couverture de survie : Légère et conçue pour garder la chaleur corporelle en renvoyant théoriquement 80% des infrarouges émis par le corps (comptez plutôt la moitié), elle est aussi coupe-vent et un très bon moyen de signalisation. Cependant, évitez les modèles bas de gamme ultraléger, ils sont très fragile et ne servent qu'une fois, et encore, il faut savoir comment les utiliser. Préférez les modèles autour des 200g pour 1.40m x 2.20m environ.
Poncho sil nylon : léger et solide, c’est le poncho privilégié par beaucoup, il est possible de le ré étanchéifier avec un mélange de silicone (silicone transparent utilisé pour étanchéifier les rebords de baignoire, lavabo et évier) et de white spirit, tous les conseils sont ici, (Merci Peyo! cf. www.randonner-leger.org ). Son inconvénient est qu’il a tendance à légèrement se détendre avec la pluie (prévoir des bouts de chambre à air ou des tendeurs).
Space blanket : Différentes couches de feuilles, aluminées, plastifiées et isolantes composent cette couverture relativement solide et polyvalente. C’est un pare soleil ou couverture de survie  de luxe.



protection rapide avec une couverture de survie, space blanket
Space blanket utilisé en abris de survie.

protéger un blessé en survie

Sac poubelle 100 litres : bien plié il prend peu de place, le moins cher et le plus facile à trouver. Très polyvalent de par sa forme originelle de sac et la limite de notre imagination, ce sac sert d’abord de récipient étanche pour récupérer et transporter de l’eau ou toutes autres choses. On peut très facilement le transformer en poncho ou bâche pour renforcer un abri. Utilisé pour dépanner dans de multiples situations telles que sur sac de sac à dos, isolant lorsqu’il est garni de feuille ou d’herbe sèches, il trouvera sa place en fond de sac ou dans tous les coffres de voiture.
Bâche de récupération : bâche de chantier, bâche d’emballage de palette ou autre conditionnement, la bâche de récupération est avant tout intéressante parce qu’elle ne coûte rien. J’ai personnellement souvent un morceau de bâche plastique d’emballage de moins d’un mètre carré ou un sac poubelle dans le fond de mon sac. Isolant de l’humidité du sol et ou de la pluie lors de bricolage d’abris improvisé, sac pour les cueillettes de plantes sauvages etc… Je trouve toujours ce carré étanche très pratique.
Pare soleil : C’est sûrement le meilleur compromis qualité prix, une sorte de couverture de survie à un prix imbattable. Offrant légèreté, surface relativement intéressante (suivant la taille choisie), étanchéité avec un isolant réfléchissant la chaleur corporelle (lors de températures basses) ou simplement permettant une bonne protection du soleil par son effet réfléchissant!
priorité en survie, position de survie, couverture de survie,
Pare soleil utilisé en survie. Remarquez comme la partie aluminé, ici tournée vers l'extérieur, permet d'être bien visible pour les secours en réfléchissant la lumière comme des miroirs.

Vous l'aurez compris, une surface étanche est un outil fort important en pleine nature, car il nous protège bien du vent et des précipitations, comme une couche de peau supplémentaire!

space blanket signalisation signaux survie
Space blanket abritant un blessé immobilisé à secourir. Encore une fois le contraste avec le fond lui permet d'être repéré de loin.

Pour finir, un petit clin d'œil aux origines du poncho, une cape végétale réalisée avec des poacées et para corde dans un atelier survie.
abri végétal en survie