dimanche 14 avril 2013

Les pics

 

(ordre des piciformes)


Si vous entendez un oiseau rire au loin d’un Huhuhuhuhu. C’est un pic !

Si vous voyez ce genre de traces sur les troncs d’arbres. C’est un pic !


C'est probablement l'œuvre d'un pivert,
qui affectionne particulièrement le bois mort au sol.

Et enfin, si vous entendez une série de toctoctoctoctoc assez rapide, comme un marteau piqueur dans du bois, c’est un pic !

Mais de quels pics s’agit-il ? Nous allons essayer d’y voir un peu plus clair !
Il existe 9 sortes de pics en Europe, mais nous ne survolerons que les 3 espèces les plus répandues:
_Le pivert.
_Le pic épeiche.
_Le pic noir.

Généralités :

Les pics se nourrissent d’insectes logeant sous les écorces et au cœur des troncs ou branches des arbres. Ils disposent d’outils naturels pourvus à cet effet. Des pattes aux griffes adaptées à l’escalade des troncs, une longue langue visqueuse ou pourvue de petits crampons pour agripper les insectes. Leur bec, dur et poussant perpétuellement leur permet de creuse l’écorce et le bois, pour chasser leurs mets, mais aussi pour façonner dans les troncs un nid afin d’accueillir les futures œufs. Le fond du nid est d’ailleurs couvert de douillets copeaux.
Le pic travaille et dort à la verticale appuyé sur les rectrices de sa queue. Les cris et le tambourinage font partie de la parade des pics au début du printemps. Soyez attentif !

Le pivert :

31 à 33 cm de long pour 40 à 42 cm d’envergure. Le plumage vert mousse clair à kaki grisâtre, le poitrail clair avec un masque noir et une longue calotte rouge vif. La queue est dans les tons de jaune.
Le nid d’une ouverture proche des 65 cm.

 

 

 

 

 

 

Plume de pivert abimée
reconnaissable à son liseré
vert jaune kaki.


 

Le pic épeiche :

Pic épeiche mâle.

22 à23 cm de long pour 34 à 39 cm d’envergure. Le plumage blanc et noir, avec la nuque rouge pour le mâle. L’ouverture du nid est circulaire compris entre 45 et 55mm, d’une profondeur avoisinant les 40 cm.





Visiblement une plume
de pic épeiche.


Sur la série de photos qui suit, vous verrez une pièce de bois issue d'un ancien nid de pic épeiche mesurant 33 cm de profondeur et avec une ouverture de 45 à 50 mm de diamètre. Cette loge fragilisa ce frêne qui se brisa lors d'une tempête. Le trait noir permet de mieux visualiser la loge de cet épeiche.


Morceau d'une loge de
pic épeiche
dans un tronc de frêne.


Une profondeur
d'environ 33 cm.



Ici le trait noir représente plutôt le tronc du frêne.


Ici un diamètre de 45 à 50 mm

L’hiver, le pic épeiche peut se nourrir de graines en se servant d’une anfractuosité naturelle ou en la formant avec son bec comme d’un étau pour y coincer des pomme de pin et ainsi y picorer les graines.

 

Le pic noir :

Pic noir femelle.

C’est le plus grand des pics, avec une taille de 46 cm et une envergure de 64 à 68 cm. Tout noir au long bec pointu, avec une calotte rouge vif tel une tonsure de moine.
On peut facilement l’observer, pour le peu que l’on soit discret et attentif, car lui, ne l’est pas du tout. En effet, quand il œuvre dans les cuisines, nerveux, il écorce les vieux arbres parasités en envoyant au loin de grand morceau d’écorce.
Les vieux nids des pics noir servent à de nombreux hôtes des bois, de la fouine à la chouette hulotte, en passant par la sitelle torche pot, le pic noir est un vrai promoteur immobilier.













Petite friandise pour les pics!



samedi 13 avril 2013

La belle et chaleureuse violette

Jolies violettes...



Violette espèce indéterminée (viola sp.)


Ces jolies petites fleurs de la famille des violacées feront le bonheur de vos yeux, vos narines et vos papilles.
Commençons tout d'abord par faire leur connaissance.

Il existe de nombreuses espèces de violettes, mais toutes ne sont pas parfumées. Elles se plaisent dans les pelouses, les bords de route, les sous-bois jusqu'en montagne vers 2000m. Elles forment de jolis tapis, et colonisent facilement leur milieu d'une année sur l'autre.


Violette blanche (Viola alba)


Violette en bouton avec sa feuille caractéristique
Les feuilles des violettes sont crénelées, en forme de cœur ou cordées, elles ont tendance à se rouler un peu sur elles même comme un entonnoir. Elles sont disposées en rosette basale, c'est à dire que vous ne trouverez des feuilles qu'à la base des fleurs, et jamais sur les tiges. Elles sont d'un joli vert foncé.
Les fleurs ont cinq pétales et sont souvent violacées, mais elles peuvent aussi être blanches.
Le fruit est une petite capsule qui s'ouvre en trois endroits et qui contient de nombreuses graines.



La violette se distingue facilement de sa cousine la pensée par l'aspect de ses pétales latéraux. Pour la violette, il sont dirigés vers le bas, et pour la pensée, ils sont dirigés vers le haut.




Un parfum et un goût subtils


Comme nous l'avons précisé plus haut, les violettes n'ont pas toutes ce parfum suave utilisé en parfumerie.
Leur goût pourra parfois rappeler à certains le "médicament" ce qui est dû à la présence d'acide salycilique, substance qui donne ce goût que l'on peut trouver dans d'autres plantes comme la Reine des Prés par exemple.
Elles ont toutefois une saveur agréable qui agrémentera vos salades ou décorera des tartines de fromage ou autre.
Utilisez les fleurs de pensées sauvages ou cultivées, elles sont tout aussi comestibles!

Vous pouvez également ajouter leurs feuilles dans les salades, elles sont très douces et se marient très bien par exemple à l'amertume de salades amères comme le pissenlit. 



samedi 6 avril 2013

Un firesteel avec un manche en bois de chêne

 



Quelques exemples de firesteel bushcraft.

Qu'est-ce que le firesteel?

A l'origine mis au point par l'armée suédoise, le firesteel est une barre d'un alliage de ferrocérium produisant, lorsqu'on le gratte, une gerbe d'étincelle pouvant aller jusqu'à 3000°c théoriquement. Ce qui est somme toute bien pratique pour allumer un feu.



















C'est le chimiste autrichien Carl Auer von Welsbach qui en 1902-1903 invente le ferrocérium en alliant du fer et du cérium. Cela va créer une petite révolution dans l'histoire du feu, puisqu'il a permis la réalisation des premiers briquets modernes.


Briquet dit "à amadou" (à gauche).
Briquet des poilus (à droite).

Le firesteel a l'avantage d'avoir une longue durée de vie, jusqu'à 12 000 utilisations pour les modèles dit "army" (note constructeur).
C'est une simple pièce d'un alliage de différents métaux, donc solide par sa conception, car il n'y a aucune pièce mécanique, on peut d'ailleurs rouler dessus avec un camion et le réutiliser sans problème.
Il ne craint pas l'humidité, et peut donc être utilisé par tout temps, mais attention, il vous faudra tout de même un combustible d'allumage sec, ou ne craignant pas l'humidité.


Firesteel avec son grattoir, un morceau de bois gras et une boite étanche.

 

La réalisation de votre firesteel maison.

 

Il vous faudra:
_des barres de ferrocérium - vous pouvez facilement en trouver sur la toile.
_des pièces de bois (ici du chêne).
_de la para corde ou un lacet en cuir.
_quelques outils pour travailler le bois et de la colle pour tous matériaux.





Tout d'abord, comme pour la kuksa, fendre une buche en deux puis en quatre, jusqu’à obtenir un diamètre de 2 à 2,5 cm.


Ensuite, à l’aide d’un couteau, faire une ébauche du manche, en forme de poire, d’olive ou de phalange adapté à votre main. Cette dernière étant à mon avis la plus ergonomique.

Bien garder toute la longueur de la pièce de bois pour avoir une bonne prise lors du travail.

A l’aide d’un foret de petit diamètre perforer de part en part la pièce de bois à l’emplacement de la dragonne. Avec cette fois un foret de diamètre adapté à votre lanière (ici pour de la para corde de 5mm, j’utilise du 6 ou 8 mm de foret) perforer en attaquant de chaque côté pour une réalisation propre et sans éclat de bois.
Ensuite, avec un foret du diamètre de votre barre de ferrocérium, effectuer un trou d’1,5cm de profondeur à l’emplacement de la barre (ici une barre de 8mm de diamètre).

Poncer au papier de verre et avec une petite lime à bois ronde, limer l’intérieur du trou de dragonne.
Enfin, coller la barre avec la colle tous matériaux, et fixer la dragonne.

Pour le grattoir, utiliser un bout de vieille scie à métaux, le dos de votre couteau ou un morceau de silex.


Avec des pièces de bois de qualité, comme ici du chêne s’étant marbré avec l’humidité, ou encore un nœud intéressant sur la deuxième photo, on peut réaliser de magnifiques firesteel bushcraft uniques.




Pièce de bois avant ponçage.



Manche après ponçage.


Bonne réalisation! ;o)