lundi 18 mars 2013

L’ortie nouvelle est arrivée !


L’ortie en quelques mots


Vous connaissez tous l’ortie, si ce n’est en la mangeant, en tout cas par ses piqures peu agréables !
L’ortie se trouve un peu partout dans nos latitudes, pour peu qu’il fasse suffisamment humide, et que la terre soit assez riche. L’ortie aime en effet les terrains azotés, vous la trouverez donc bien souvent dans des terrains abandonnés et en bordure des chemins.
L’ortie fait partie de la famille botaniques des urticacées, il en existe deux sortes chez nous, la grande ortie (urtica dioica) et l’ortie brûlante (urtica urens). Ses feuilles sont opposées et décussées - c'est à dire que les paires successives se croisent à angle droit -  très dentées. Elle est recouverte de poils urticants. C’est dans ces poils que l’on trouve l’acide formique qui nous irrite lorsque ceux-ci se cassent. Ses fleurs sont insignifiantes, verdâtres.
Elle est souvent confondue avec les lamiers qui sont d'autres plantes non urticantes et ayant des fleurs colorées au calice sucré.


Pourquoi manger l’ortie ?

C’est une plante très riche en fer et en minéraux essentiels pour l’organisme, comme le potassium, la silice ou le magnésium. Elle contient également des vitamines C et A. Il s’agit de l’une de plantes les plus riches en protéines végétales.
Cela va sans dire qu’il s’agit donc d’une excellente plante reminéralisante et qui a également des propriétés dépuratives.

Comment cueillir ?

De manière générale, lorsque vous allez faire de la cueillette, choisissez un lieu à l’écart des routes, des champs cultivés, ou de tout endroit que vous sauriez pollué.
Choisissez des plantes saines et vigoureuses. Soyez respectueux des autres plantes et êtres vivants qui habitent et visitent les lieux. Enfin, ne cueillez que ce dont vous avez besoin, laissez en aux autres, et à la plante, elle a besoin de feuilles pour se régénérer.
Pour cueillir l’ortie, si vous avez peur des piqures, munissez-vous de gants et de petits ciseaux. Vous pouvez également les cueillir à main nue, en les prenant par-dessous, je ne vous garantis pas que vous ne vous ferez pas piquer, mais les piqures seront rares avec l’expérience.
Dans tous les cas, une piqure n’est pas toxique, juste un peu douloureuse, et la nature étant bien faite il existe des plantes qui permettent d’atténuer la douleur, je vous en parlerai une autre fois.
Ramassez les sommités, c'est-à-dire les jeunes feuilles au sommet.
Vous pouvez cueillir l’ortie toute l’année en dehors des gelées.

La « fameuse » soupe d’orties

Voici une recette personnelle de soupe d’ortie :
Pour 2/3 personnes
3 poignées d’orties
4 pommes de terre moyennes
1 bel oignon
Sel, poivre

Emincez l’oignon, et mettez-le à dorer dans une cocotte
Epluchez les pommes de terre et coupez-les en dés. Une fois les oignons dorés vous pouvez les ajouter dans la cocotte, puis après quelques minutes, Recouvrez d’eau et laissez cuire une dizaine de minutes.
Après avoir lavé les orties, hachez-les grossièrement avec un couteau légumier, et ajoutez-les dans la cocotte.
Laissez cuire une dizaine de minutes supplémentaires, jusqu’à ce que les pommes de terre soient cuites.
Salez et poivrez.
Mixez la soupe, vous pouvez servir !
Vous pouvez doser la quantité d’orties et de pommes de terre selon vos goûts.
Bon appétit !
Découvrez une autre plante à déguster en cette fin d'hiver / début de printemps, la cardamine hérissée... 



Découvrez comment transformer les fibres d'orties en cordelette... et comment l'utiliser comme alliée du jardin... en purin.