vendredi 20 décembre 2013

Mangeoire Low-Cost!



Après moult réflexions sur les mangeoires, j'en ai pris de la graine, et je vous ai pondu la mangeoire low-cost!

Mon cahier des charges était de réaliser une mangeoire:
_La plus simple possible (fonction et fabrication).
_En matériaux naturels.
_Avec des méthodes de fixation les plus courantes.
_La plus économique possible.
_Et...avec une certaine esthétique.

Voici donc une mangeoire, simple à réaliser pour tout bricoleur débutant. Le bois utilisé est issu de matériaux de récupération, palettes et cagettes en bois. Seules quelques vis, un peu d'huile de lin peuvent faire l'affaire.
On peut rajouter un peu de mastic pour une durée de vie un peu plus longue.







Cette mangeoire peut se fixer aisément sur un mur, ou avec une cordelette sous le rebord d'un toit, ou encore à une branche d'arbre.















Vous trouverez les cotes sur la photo ci-dessous.



La largeur du toit est de 9 cm. Celle de la partie basse de 7 cm.
Les rebords du fond sont faits en planchette de cagette (celles qui sont bien solides) de 0,5 cm d'épaisseur.



 


 

 

Il vous faudra:

_Des lattes de palettes.
Demandez dans une grande surface si il n'ont pas des palettes déclassées à vous donner. Ici, j'ai utilisé deux lattes de palette issue chacune d'une palette différente, pour avoir un toit plus large que le fond.

_Une cagette au bord en planchette solide.
Allez demander dans votre magasin de fruits et légumes ou sur les marchés.

_Quelques vis 30mm X 3mm.

_Un crayon, une équerre et quelques outils (tournevis, scie, la ponceuse est un plus).


Réalisation:

Commencez par découper les pièces de bois qu'il vous faut aux démentions citées plus haut.
A défaut, adaptez au mieux avec les matériaux que vous avez.
Attention aux échardes!

Fixez bien à angle droit les pièces du toit, puis le fond.
Une fois cette sorte de carré réalisé, utilisez le comme patron pour réaliser les bords de la mangeoire.

Une fois le tout assemblé, huilez à l'huile de lin, 2 couches minimum, puis faites bien sécher.

Il ne vous reste plus qu'à trouver un bel emplacement, la remplir régulièrement tout au long des périodes de grand froid et l'entretenir une fois par an!

Pour plus d'informations, je vous conseille vivement ces articles:





Bientôt ouverture d'une nouvelle chaîne de mangeoire low-cost!





jeudi 5 décembre 2013

Fabriquer une mangeoire à oiseaux






Tiens ! Voilà une bonne idée pour animer un peu le jardin cet hiver !

Pour en savoir plus sur le nourrissage des oiseaux de votre jardin, parc de votre commune, ou espace vert d’une école par exemple, reportez-vous d’abord à cet article
Ensuite, vous devez vous poser quelques questions pour savoir quel type de mangeoire réaliser.

 

Où Puis-je donc installer la mangeoire ?

Tout dépend effectivement de vos capacités de bricoleur (bricoleuse) et aussi du potentiel qu’offre votre extérieur. Rassurez-vous, si vous ne bénéficiez que d’un petit balcon voire même d’un petit rebord de fenêtre, c’est possible !
Mes premières mangeoires d’appartement étaient un simple modèle de la LPO en bouteille plastique, recyclée pour l’occasion et accrochée à la fenêtre du 3ème étage d’un immeuble! Vous trouverez ce modèle ici.
Si vous possédez un bout d’espace vert ou que vous avez réussi à convaincre l’adjoint au maire de votre commune de cette bonne action, il vous faudra regarder plusieurs points et garder comme objectif que l’approvisionnement et l’entretien doit être facile pour vous et les oiseaux en sécurité :
_Tout d’abord, où allez-vous pouvoir installer la mangeoire ? Fixée sur un mur, au milieu de la pelouse fixée sur un piquet, accrochée à un arbre ?
_Ensuite, les passereaux doivent pouvoir se réfugier, avant et après être allés chercher leur pitance. Le lieu devra être pourvu d’arbustes touffus, d’arbres et arbustes assez haut.
_Avec les deux points précédents, la mangeoire et les oiseaux sont-ils hors de portée d’un éventuel prédateur ?
Fort des informations que vous avez pu déduire suivant la conjoncture des lieux, plusieurs choix s’offrent à vous :
_Une simple baquette sur le rebord d’une fenêtre, qui fera un très bon poste d’observation, si toutefois, vous restez immobile, pas trop près de la fenêtre et dans l’ombre.
Prévoyez un poids, tel un gros galet pour éviter que votre barquette ne s’envole.
_Un plateau au sol, en zone dégagée. Facile à réaliser, mais demande plus d’entretien et de nettoyage.
_Une mangeoire fixée sur un mur en évitant tout accès facile pour un chat.
_Une mangeoire fixée sur un piquet au milieu du jardin.
_Une mangeoire sur un arbre, accrochée à une grosse branche. Attention encore aux accès des prédateurs.


Mangeoire à trémies sur le bord d'une fenêtre


Et quand ?

C’est simple, dès les premiers grands froids, c’est à dire quand il neige, et quand il gèle. Avant ou après, les passereaux trouvent ce qu’il leur faut dans la nature. Et ce sont des grands régulateurs et nettoyeurs des jardins et espaces sauvages.

La construction proprement dite :

les matériaux :
Utilisez du bois massif, de récupération, ou de la planche de coffrage pour maçonnerie, généralement en résineux, d’un bon rapport qualité prix. Dans tous les cas, faites bien attention que le bois ne soit pas traité, sans trop de nœuds ni fentes, le plus plane et droit possible.
Pour l’assemblage, prévoyez des vis zinguées (contre la rouille), et un peu de mastic pour les finitions.
Pour l’étanchéité, enduisez l’extérieur avec de l’huile de lin. Passez plusieurs couches en laissant bien sécher entre deux couches. Le bois, une fois imbibé sera parfaitement étanche. Enfin, suivant les modèles, vous pouvez prévoir une meilleure étanchéité avec des plaques de zinc.
Une autre méthode consiste à fixer du film goudronné.
Je vous présente ici un modèle pas à pas.
Tout d'abord, le plan:

Bien sur, les démentions peuvent varier un peu pour ne pas compliquer le bricolage. Mais pas trop, elles sont adapté à la taille des passereaux.
Une fois les pièce de bois découpées, commencez à les assembler comme ci-dessous. Si besoin est, demandez à un ami bricoleur de vous donner un coup de main!

Pour finir avec le toit, mastiquez les trous de vis avec un mastic pour l'extérieur.
Le mastic peut aussi permettre de colmater quelques fentes ou ajustements imparfaits et permettre une meilleure protection contre les éléments et ainsi garantir un longue vie à la mangeoire.

 La réalisation est presque fini. Une fois le mastic sec, poncez les bavures et il ne lui manquera plus que quelques couches d'huile de lin. Elle permet une bonne protection du bois face aux éléments, mais aussi par apport aux insectes ravageurs du bois. Pour une meilleure pénétration de l'huile de lin, qui est parfois un peu trop visqueuse, vous pouvez légèrement  la diluer (+ ou - 10%) avec de l'essence de térébenthine.
Personnellement je préfère de loin l'huile de lin, pour son utilisation et son efficacité dans le temps par rapport aux peintures et lasures, qui sont plus nocives aussi. De plus, l'huile de lin "nourrit" le bois, l'assouplit, il réagira mieux aux variations des saisons.


La mangeoire finie, huilée et protection en zinc.

Fixée sur un poteau, elle sera du plus bel effet en hiver dans un jardin d'agrément.



Voici quelques photos d’autres modèles dont vous pouvez vous inspirer.
Ici, un modèle on ne peut plus simple et basique. Un fond de bouteille de soda recyclé en porte graine. Installé à bonne hauteur et sous l'avancé du toit d'un appentis, il est à l'abri de intempérie et fortement apprécié des mésanges.
Une demi noix de coco peut être aussi très esthétique!



Les deux modèles suivants peuvent très bien servir de mangeoire ou de nichoir semi ouvert.
Notez qu'ils ne sont pas encore huilés.



Ci-dessous, un modèle, type plateau couvert d'un toit, un classique qui a fait ses preuves.


Enfin, la fameuse mangeoire à trémies, ici avec son couvercle ouvert. Mais ne vous y fiez pas, les oiseaux sont les champions pour vous la vider en un rien de temps. Quels gourmands!


Nouveau modèle: la mangeoire Low-Cost ici

 

L’entretien :
A chaque fin de saison, quand le printemps pointe le bout de son nez, que les insectes se réveillent, que la température remonte, diminuez progressivement l’apport en graine.
Nettoyez et faites sécher la mangeoire. Une fois bien sèche, si besoin, avant de la ranger, passez un coup de ponceuse sur les bois un peu vieillis, et repassez un peu d’huile de lin. En effet, avec les années, votre mangeoire va prendre une patine grisâtre, qui lui donnera un aspect rustique.




dimanche 1 décembre 2013

Préparer le cynorrhodon ou gratte-cul (2/2)



Deux techniques sont possibles pour préparer le cynorrhodon. Il faut bien sûr qu’il ait subi l’action du gel comme expliqué dans la première partie, Le cynorrhodon, une réserve locale de vitamine C.

Le séchage

Il suffit de mettre les cynorrhodons à sécher dans un endroit sec, et de les passer ensuite au moulin à légume. 
On obtient une sorte de farine que l’on peut utiliser en mélange dans diverses préparations. Lors du passage dans le moulin, les poils s’agglomèrent entre eux et forment de petites boules que l’on peut facilement séparer du reste de la poudre en les passant dans des tamis.

On peut également utiliser les cynorrhodons entiers pour faire des infusions.


En pulpe

Si les cynorrhodons sont suffisamment mous, il suffit de les passer au moulin à légume pour en extraire la pulpe. Sinon, il faut les faire chauffer dans un peu d’eau avant de les passer au moulin.



1er passage au moulin




2ème passage au moulin

Il est possible de refaire chauffer dans un peu d’eau afin de faire un deuxième passage au moulin pour récupérer plus de pulpe. Un troisième passage peut être envisagé, mais pour en extraire un jus que l’on consommera à part.



Jus / infusion à base de cynorrhodon

Si vous n’avez pas de moulin à légume, vous pouvez passer les cynorrhodons au mixer et les filtrer dans une passoire fine. Vous pouvez, comme évoqué précédemment faire plusieurs chauffes et plusieurs passage afin de récupérer le maximum de pulpe.
Attention toutefois à ne pas mettre trop d’eau, car la pulpe en serait trop liquide.  



Pulpe de cynorrhodon après 2 passages au moulin

 

 

 

Deux recettes faciles à réaliser 

 

 Crème au cynorrhodon sans gluten et sans lactose


Crème au cynorrhodon

Ingrédients : 
1 œuf entier, 
20g de fécule de maïs, 
½ litre de lait végétal (lait de riz par exemple),
40g de sucre, 
7 bonnes cuillères à soupe de pulpe de cynorrhodon. 


Extraire la pulpe de cynorrhodons mûrs au moulin 
Dans une casserole, mettre l'œuf entier, la fécule et le sucre et les mélanger
Ajouter progressivement le lait
Faire chauffer, porter brièvement à ébullition, puis mettre dans un plat à refroidir

Cookies au cynorrhodon sans gluten et sans lactose


Cookies au cynorrhodon sans gluten

 

 Ingrédients : 
8 cl d’huile d’olive, 
1 petit bol de pulpe de cynorrhodon (150g), 
100g de farine de riz,
50g de farine de châtaigne
1 cuillère à café de levure, 
50g de sucre,
50g de chocolat coupé en pépites.

Cuisson : 180°C – 15 minutes

Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients, faire de petits tas à l’aide d’une cuillère sur une plaque avec du papier cuisson et enfourner à four chaud.

Pour les personnes qui ne craignent pas le gluten, il est possible de remplacer les farines de riz et châtaigne par de la farine de blé T80.